C’est le pompon. On n’a pas voulu y croire :
l’ #échographe domestique, un cadeau de grossesse vraiment original”.  Mais… ça existe vraiment, ça vient des Pays-Bas, et c’est commercialisé sous le terme de #babywatcher.

Imagine un peu : t’es chez toi, sur ton canapé, tranquille, avec le futur papa, et hop, un petit coup de gel sur ton bas ventre, tu allumes l’appareil et… “Coucou, embryon ! Salut, foetus !”, vous visionnez ensemble la vie utérine de cette promesse d’enfant. Il est immobile ? Il dort ? Inacceptable ! Remboursez ! Y’a écrit : “Vivez votre grossesse encore plus intensément !” Une petite pression, comme le font les gynécologues, et hop, réveille-toi, bouge donc un peu, c’est plus amusant ! En plus, on veut “partager toutes [ces] images et [ces] vidéos avec notre famille et nos amis” ! On veut de l’intensité, on veut de l’émotion, on veut de l’action !

Cela pose plusieurs questions… On ne peut s’empêcher d’y voir de l’intrusion dans une sphère intime. Laissez-moi donc tranquille ! Ne me sollicitez pas déjà ! J’ai besoin de temps, de calme, pour me développer, et neuf mois me sont donnés pour ça. On peut y lire également la prépondérance de l’image dans notre société : n’est vrai que ce qui est visible, n’existe vraiment que ce qu’on peut voir. Et les autres sens ? Et la préparation lente de l’esprit des parents ? Et la projection ? Et l’imagination ? Et l’attente ?

Au-delà de ces réserves symboliques, il faut également rappeler que seules trois échographies sont conseillées et remboursées en France. Certes, la plupart des futurs parents sont émus de “voir” l’embryon, se focalisent sur la possibilité qui leur est donnée de connaître à l’avance le sexe de leur enfant et sur ce qu’ils distinguent (“il a ton menton, j’en suis sûre”). Mais il ne faut pas en oublier que si l’on procède à ces examens, c’est pour des raisons médicales : l’échographie est un des outils de suivi de grossesse. Une chose est à garder en tête également :  nous ne connaissons pas encore l‘effet des ultrasons émis par l’échographe sur le fœtus. De nombreux médecins estiment que dans le doute, il vaut mieux lui en imposer le minimum. Certaines femmes enceintes n’hésitent pas à refuser les échographies si elles sont trop systématiques.

Enfin, décrypter les images captées par un échographe nécessite une formation spécifique. Un néophyte peut être persuadé de voir un pied, alors qu’il s’agissait d’une oreille. Les poumons peuvent être pris pour les fesses et vice-versa. Quid des futurs parents qui seront certains d’avoir vu un sexe masculin ? Quid de ceux qui croiront déceler une anomalie ? Quid du couple qui découvre un drame tout seul dans son salon, une malformation ou un arrêt d’activité cardiaque ? Les commerciaux de Babywatcher seront-ils là pour le soutenir dans le doute et la détresse qui le saisiront ? “Un cadeau de grossesse vraiment original”…